zondag 29 mei 2011

Beelaha Deegaanka Soomaalida Itoobiya: Yaa Badan, Yaase Laga Badanyahay?

05/23/00
By Khadar Cumar -

Deegaanka Soomaalida Itoobiya waa dhul wayn oo ay dagto Soomaali lagu qiyaaso 5 miliyan oo qof, islamarkaan kasoo kala jeeda deegaanno iyo beelo kala duwan. Dhanka woqooyiga gobolka Soomaalida Itoobiya wuxuu soohdin la’leeyahay gobolka Ismaamulka Canfarta iyo Jabuuti, dhanka Koonfureed wuxuu gobolka Soomaalid soohdin la’leeyahay Kenya, dhanka galbeed wuxuu gobolku soohdin la’leeyahay gobolka Oromada, dhanka barina wuxuu gobolku soohdin la’leeyahay Soomaaliya.
Waxaan ka afeefanayaa in qoraalkan aanan uga gol lahayn in beel lagu cambaaryeeyo, ama wax loogu dhimo, waxaan uga gol leeyahay baraarujin, tusaalayn iyo aqoon korarsi.
Gobolka Soomaalida Itoobiya oo ay kudhantahay bulshada Soomaaliyeed, waxay u arkaan dadka qaarkood in hal beel ay ugu badantahay, tahayna aqlabiyo sare marka la eego tirada dadka daga deegaanka. Beesha ay dadku u arkaan inay tahay dadka ugu badan deegaanka ayaa ah beesha Ogaadeen. Arintan waxaa rumaysan dadka kasoo jeeda iyo dad kale oo aan beeshan kasoo jeedinba. Tusaale ahaan, madaxwaynaha Dawlad Deegaanka Soomaalida Itoobiya Cabdi Maxamuud Cumar ayaa mar uu kahadlyaya shir wayne uu dalka maraykanka kulalahaa jaaliyadda Soomaalida Itoobiya sheegay in beesha Ogaadeen aytahay beesha ugu badan deegaanka. Xili kala duwan oo badan ayaan iyadana arkay dad ku doodaya beesha Ogaadeen ayaa ugu badan deegaanka.
Muran kumajiro in beesha Ogaadeen tahay beel wayn, beel muhiim ah, daganna deegaanka ugu balaadhan ee dhulka Soomaalida Itoobiya, hasayeeshaa waxaan sugnayn inay beeshu tiro ahaan ugu badantahay deegaanka. Kolka lagahadlayo badani waxa la tiranayo ma’aha dhulka iyo xoolaha nool midkoodna, ee waa dadka. Waxaa dhici karta in dad yari ay dagaan dhul balaadhan ama wayn, dad badanina ay dagaan dhul baaxad ahaan yar. Tusaale, dalka Jabaan waa dal aad uyar, waxaana kunool 126 milyan oo qof, Suudaan oo ah dalka 9 aad ee aduunka ugu wayn baaxad ahaan, waxaa kunool 43 milyan. Arintani waxay ina tusinaysaa in tirada dadku aynan ku xidhnayn in dadku ay dagaan dhul wayn iyo dhulyar toona. Sidaa darteed waxaa suurtogal ah in hadii tiro koob dhab ah lasameeyo ay beesha Ciise ee dagta Gobolka Shiniile iyo magaalada Diridhaba ay ka badato beesha Ogaadeen, ama beesha Garre ee dagta Gobolka Liibaan ay ka badato.
Hadii aan usoo laabto, gobollada Dawlad Deegaanka Soomaalida Itoobiya ee 9 ka ah, waxaa lasheegaa in gobollada ugu dadka badan ay yihiin gobollada: Jigjiga, Shiniile, Afdheer, Liibaan iyo Godey. Gobollada Jigjiga iyo Shiniile dhulku ma banaana oo ma’aha dhul cidla ah ee dad baa kabuuxa, gobollada Liibaan iyo Afdheera waa sidaas oo kale ayay ka ag dhawyihiin. Gobolka Godey ayaa isaguna ah gobollada dadka badan. Sababta ay gobolladani u dad bateen ayaa ah kubadnaansha ay ku badanyihiin gobolladan dadka beeraha qodota, marka la barbar dhigo gobollada intooda kale, inkasta oo dhamaan gobollada Soomaalidu ay leeyihiin reer guuraa badan. Waxaa kale oo xusid mudan in aynan cidna tirakood kusalaysan beesha ugu yar iyo tan ugu badan aynan samaynin, sidaa darteed aanan la ogaan karin beesha badan iyo beesha yar.
Intaan ka qaano deegaanka soomaalida, iyo baadhi taan aan kusameeyay deegaanka, waxaan ku ogaaday gobollada ugu dadka yar, waxaa kamid ah Qoraxeey, Fiiq iyo Dhagaxbuur oo intuba lagu tiriyo inay yihiin gobollada ay beesha Ogaadeen si xoog leh udagantahay. Gobolladan iyaga ah, dadka dagan waxay ubadanyihiin xoolo dhaqato, waana dhul kuwaangsan daaqsinta xoolaha. Waxaa xusid mudan in gobolladan saddexda ah ee ay beesha Ogaadeen ku badantahay aynan kaligood dagin, ee ay beelo kale oo aan waliba yarayn ay wada dagaan. Beelaha sida xooga leh udaga saddexdan gobol waxaa kamid ah: beesha Sheekhaash oo ah labaad ee dagta gobolladan iyaga ah, ayaa dagmooyinka qaarkood ee ay labadan beelood wada dagaan la odhan karaa tiro ahaan Sheekhaash ayaa kaga badan Ogaadeenka. Ugu yaraan 11-15 dagmo ayay wadaagaan babadan beelood, ee sida aadka ah isu dhalay, isuna dhexgalay. Waxaa kale oo saddexdan gobol qaybo kamid ah dagan, beelaha kala ah: Abasguul, Wayteen, Shariif, Gaadsan iyo beelooyin kale oo yaryar. Waxaan ogaaday oo kale in saddexdan gobol waagii hore la odhan jiray dadka dagan: Aw iyo Ogaadeen. Awga ayaa waxaa hormood ka ahaa Aw Qudub, oo ah Sheekhaash iyo beelaha kale ee lagu tiriyo ama lagu tirin jiray culimada; sida Abasguul, Gaadsan, Shariif, Wayteen iyo Timocase.
Beelahan dhamaantood, magaca beesha Ogaadeen baa qarisay, dadkuna waxay uhaystaan in saddexdan gobol ee ay beesha Ogaadeen kubadantahay ay kaligood kuyihiin. Waxaan odhan karnaa beelaha aan Ogaadeenka ahayn 45% to 55% ayay kayihiin saddexdan gobol ee xarunta u ah beesha Ogaadeen. Sidaa darteed hadii beelahan aan korkusoo xusay laga saaro gobolladan, si aad ah ayay u dad yaraanayaan. Gobolka Godey, oo ay beesha Ogaadeen ay si fiican udagto, ayaa waxaa kale oo si wayn udaga, beelaha wabiyada daga ee looyaqaano Jareer iyo Duubo. Waxaa kale oo iyaguna daga qabiillo kamid ah Sheekhaash, Galimays iyo kuwo kale. Waxaa dhici karta kolka uu madaxwayne Cabdi Maxamuud Cumar uu leeyahay Ogaadeen baa ugu badan deegaanka Soomaalida Itoobiya, in uu tirsanayo beelahan tirada badan ee aanan qaylada badnayn, ee iska qunyar socodka ah, dhul sheegashadana aanan aqoonin.
Hadii aanan lasameynin tiro koob ku salaysan qabiil, hadii gobollada ay beesha Ogaadeen dagantahay ama ay kubadantahay ay yihiin kuwa ugu dadka yar, isla markaana aynan kali ku ahayn oo ay beelaha tirada badan ee aan kor kusoo suxay ay gobolladan iyaga ah Ogaadeen lawadaagaan, xagee bay katimid Ogaadeen baa ugu badan tiro ahaan gobolka Soomaalida Itoobiya?
Aaminaadda ah in Ogaadeen ugu badanyahay dhulka Soomaalida Itoobiya, waxaa keenay Afar arimood:
1. Baaxadda dhulka ay beeshu dagantahay oo wayn, haba lawadaageen beelo kale oo badan.
2. Magaca gobolka oo isticmaarkii dhulka Soomaaliyeed kala qaybinayay uu kumagacaabay magaca beesha, si uu ukala qaybiyo Soomaalida.
3. Dagmooyin sad bursi ah oo aanan kusalaysany tiro koob, una qalmin magaalooyin oo si gaar ah 1992 loogu sad buriyay beesha Ogaadeen.
4. Dagaalka dhawr iyo toban jirsaday ee ay kula jiraan dawladda Itoobiya, taas oo keentay in codka kaliya ee laga maqlo idaacadaha ay yihiin jabhadaha kasoo horjeeda dawladda, iyo fikradda ah hadii ay Soomaali kale oo tiro badan oo aanan Ogaadeen ahayn ay daganyihiin deegaanka sida jabhadda ONLF ayay dagaalami lahaayeen, sidaa darteed Soomaalida kale deegaanka dagan waa dad aad looga tiro badanyahay, oo aanan lahayn miisaan culus. Waxa udhinta ee udagaalama gobolkana waa Ogaadeen, sidaa darteed gobolka beeshaas ayaa leh dhib iyo dheefba.
Su’aasha iswaydiinta mudan waxaytahay hadii ay beeshu yartahay sideebay ku heshay dagmooyinka tirada badan? Su’aashan iyada ah mar kale ayaan ka jawabi doonaa.

An open letter of the Issa North American community to the governments of Ethiopia,Ethiopian Somali Region.

Thursday, April 7, 2011

Press Release.

To: Minister of Federal Affairs -Shiferaw Teklemariam

CC: Prime Minister of Ethiopia.
CC: Minister of Justice -Birhan Hailu

CC: President SRS, Abdi Mohamud Omar.

Ref: The Constitutional Rights of the Citizens of Shinile Region Are Violated.

We, the diaspora of Shinille region, who live in North America are hereby joining our voices and concerns to the voices and concerns of our people in that region. According to the information we recieved from the region, the Issa community held a general open conference in Dire-Dawa at the Residence of the Ugaas his excellency Ugaas Mustapha Ibrahim Ugaas Waise on 20/03/11, the conference was attended by many demographically diverse individuals and groups including, but not limited to, the Ugaas, head of tribes and clans, scholars, Sheikhs, intellectuals, politians, students, business people, people who work both in the public and private sectors.

The Agenda of the conference was to discuss and make awareness of the present status and the future of their region, Shinille, but the major cause was triggered by the news of March 15, 2011, the president of the Somali Regional State, Mr. Abdi Mohamud Omar asked the regional parliament to approve the following proposals:

1) To create three new symbolic positions for the office of vice president

2) To create 15 more districts to the Somali region state.

When the participants discussed this issue in a democratic way where every speaker was listened to and given an amble time to say his / her views , then voted for the final decision, the Conference issued the following statements:

a) The conference unanimously rejected the two bills(proposals) mentioned above(1 and 2).

The conference verified that the truth of this decision is nothing more than a calibration of a tribal mandate, to appease some of his clans in the state.

We are deeply disappointed with this move. We believe this decision is a mockery of the country’s constitution which clearly defines what constitutes a district. We believe the president understands this but is unwilling to do the right thing secondary to tribal politics in the Somali Regional State. But, one may ask, how long will the region’s leadership continue putting tribal politics before the regional state politics?

We demand the president to stop his toxic tribalism. It’s a shame that he had to do this humiliating dance to an issue that demands honesty and practical leadership.

b) The conference made it clear that these proposals are against the article that the communities in the Somali regional state( Kilil5) agreed on to maintain the fairness and balance of power sharing and wealth sharing.

c) The other point discussed by the conference was the creation of 15 more districts to the Somali region(Kilil5)

The conference rejected the 15 additional districts, because this project is a dishonest initiative from Mr Abdi in order to mislead the public opinion in the region, making this unrealistic project an acheivement in his term, which is not.

The conventional wisdom solicits that when a district or a region is to be created, it should have the following consideration to mention a few:

1) The area of the land that a district/region occupies

2) The number of population (inhabiants ) in the district/region

3) The economical capacity either from all economical resources or from the taxation revenue.

We all know that these districts do not meet these Criterias .If you compare between these so called new districts with any of the other previouse districts in Shinille region, like (Gablalaw(Osbuli), Hadhagaala, Dahawi, Gadhmalaw, Cundhufa, Cadaytu) you come to know that Shinille has more suitable, large and economically resourceful lands to be considered for district status than those empty strips of land that he asked for.

We believe that Mr. Abdi Omar created these districts on tribal basis to get for his tribe from 30%(now) to more than 60% of the parliament seats, and get over 70% of the Kilil5 budget,. Even now the budget is not distributed fairly, for example: Shinille’s Budget is 30 million a year, while Fiiq,which is too much smaller than Shinille, gets 40 Million a year. This level of dishonesty will not and should not be ignored or tolerated.

Shinille region complains about many problems like the following to mention a few:-

1. Lack of Water Suply:

The rural areas population migrate from their homes and land to very far places Looking for water, many of the vulnerable young and old can not make it, they die in between, their animal stocks die of theristy and hunger, they continue to be in this vicious cycle of hardship most of their life, except sometimes when they get lucky to have rain.

2. Education:

Our region do not get their fair share of education services,like schools. For example, until now this region has no grade 11 and grade 12 schools. When our children finish the grade 10 class, they have no other option but to either drop out, or if they have relatives, or places that host them in Jigjiga, to go to Jigjiga to continue their high school education. Never mind the small villages in our region, there are no schools in their area. The grade 11, and grade12 high schools and even universities are all located in Mr.

Abdi’s region, like Goday, Fiiq, and Qabridhar. In FIIQ and Qabridahar regions there are two boarding schools that host 800 students each, Goday has a university. It appears that Mr. Abdi and his cabinet are executive in chief for some regions of the state, while the other regions like Shinille get a second class status . Our children deserve better treatment, and we will fight for their natural and consistituational rights. This is not acceptable and we will not allow this injustice to continue on our expenses.

3. Health:

In Shinille region there are few health centers, some of them were established by NGOs, but these health centers are not enough to meet the need of the ever growing population in the region.

There is no single General Hospital in the region, there is no emergency services, no single Umbulance exists in the region, many members of our citizens lost their lives because of lack of adequate health care, we are neglected, our patience is exhausted, the region must get it’s right in all these areas.

4. Roads and communications:

There is no road infrastructure in the region, distances between cities , towns, and villages are too long, there is unpaved road links between Diri-Dawe and Djibouti, the train ceased to exist , some well populated areas cannot be reached by vehicles, some of them are unaccessble. We let you imagine how frightening it is to have an emergency in these areas, tell us whom these people turn to for help?, yes to their faith that God will receive their misery one day, but God made you leaders for these people to look after them and you failed them.

But you did not fail other parts of the state, you served them well, and we do not mind them to get their rights, we congratulate them, and we are happy for them, but the point is that Mr. Abdi and his cabinet can not spell the words: fairness in service, justice in distribution and responsibility for all somali region. The Peoples of shinile have the right to improved living standards and to sustainable development.

Recommandation

So, as Diaspora we ask the federal government of Ethiopia to respect the rights of the people of Shinile to take their destiny. The people of shinile have been losted 18 years with the systemic corruption in the Somali region of Ethiopia. Consequently, they would like manage their province under the Constitution of Ethiopia.

We accepted and respected our constitution adopted, on 8 December 1994 in Ethiopia. There for, the nation of shinile province strongly committed, in full and free exercise of our right to self-determination (Article45: (1)) like Harar stat. We fully determine to consolidate the peace and the prospect of a democratic in our country.

We call on the Prime Minister of Ethiopia, ato Meles Zenawi to provide leadership at this critical juncture and accept the following recommendation:

1. The Shinile province must be a regional state constitutionally (Article 45: (1) like Afar stat or Harar state.

2. The province Shinile is be very important for the economy of our country, it would consequently very important to keep the stability of this future regional state.

3. The demarcation between the Afar and the future state of Shinile state.

Thank you for your time to read this petition, and we do emphasize more to point out that this letter only translates some of the major publicized concerns of our people in Shinile Region, and we support their awareness, and peaceful way of standing up for what is right, and rejecting what is wrong.


maandag 6 december 2010

Commençons-nous par nous même !

‘Une adoptante ne se jette pas dans l’eau coulante pour sauver son adoptif’ ‘SIDIGI DAAD KAMA TALAWDO !’ Robleh Barre (alias Riyacase) ce simple nomade a mis sur place sur la scène du conflit d’une expérimente purement exceptionnelle pour éteindre le feu de la guerre et résoudre le problème de deux concitoyen. Sans recourir à des  discours plagiés, des conjonctures des  évènements délibérément crées avec des scenarios vague et ambigüe pour acquérir la reconnaissance éphémère des certains autres démagogues, qui ne nous emmèneront pas à la fin tant souhaitée pour notre patrie, et ca n’authentique jamais le devoir sacro-saint d’un vrai nationaliste. Aussi, ce brave nomade n’a jamais revendiqué de posséder de l’art magique pour résoudre les problèmes de ses concitoyens !
Egalement, nous n’avons pas besoin d’être plus intelligent que le peuple  pour que nous puissions adresser le phénomène de l’impasse politique de notre pays. Alors, si nous ne sommes pas des ‘adoptants et adoptantes’, au lieu de vivre ici dans l’Occidentaux et jouir d’une vie relativement plus à l’aise et  au lieu de citer des grands hommes qui ont empreignent l’histoire avec leurs idée et leurs âmes dans leurs luttes contre l’injustice comme Lincoln, Mandela, Gandhi, Malcolm X etc. pourquoi pas prendre leurs exemples immortels et retourner à Djibouti malgré tous ? Au lieu de proposer des modifications de la constitution improvisé et surannée, issu de compromis mutuelle et sacrifice réciproque nationale, populairement accepté et respecté, qui a donné la naissance de notre république, au détail, pourquoi pas une constitution entièrement démocratique par la quelle la désignation de la présidence du pays catégoriquement pour un groupe ethnique tandis que un autre groupe ethnique est exclusivement assigné d’occuper la moitié des sièges parlementaires ne seront plus la et seront automatiquement remplacer par des élections directe, libre et suffrage universelle? En bref, pourquoi utilisons-nous les mêmes méthodes idéologiques de nos adversaires politiques présumés si nous ne sommes pas des prototypes ?
Premièrement, ceux qui ne peuvent pas sacrifier leurs libertés personnels, ne patientent pas face à l’injustice et ne persévèrent pas la persécution étatique et toutefois préfèrent seulement critiquer sans proposer des alternatifs fiable et concrètes au peuple concerné ne sont pas des véritables politiciens qui veulent sincèrement parvenir leurs ambitions politiques par des voies originelles !
Deuxièmement, ceux qui demandent des modifications en détail de la constitution afin qu’ils réalisent leurs rêves politique ne sont pas des vrais lutteurs de l’injustice mais plutôt des politiciens pacotilles qui clochardisent les causes nobles de l’opposition honnête. Ces sont les promoteurs d’un système archaïque en guise du nationalisme fasciste! Ce cet groupe de gens qui mènent les campagnes anarchique pour saboter l’opposition et  créer une image chaotique de l’opposition auprès du peuple.
Troisièmement, nous pouvons différentier entre un gouvernement et son opposition par leurs programs politiques respectifs et non pas par l’appartenance ethnique, tribale ou clanique de ses dirigeants et sympathisants et s’il y’en a des partis exclusivement érigés pour certains ethnie, tribu ou clan, nous devons leurs éradiquer totalement de la scène politique nationale !
Finalement, dans la politique il n’y a pas d’affinité, il n’y a pas d’amitié ou inimité permanente mais certains de soi-disant intellectuels Djiboutiens s’adhérent aux des mouvements politiques ou il s’y trouve un membre de leurs ethnie, tribu ou clan par la pure naïveté. Et c’est ca qui simplifie les choses pour nos démagogues ! 'Vous n'êtes pas censés être si aveugles avec le patriotisme que vous ne pouvez pas faire face à la réalité. Mal est incorrect, peu importe qui le dit.' A dit le grand Malcolm X. Nous devons accuser toutes sortes, et sous toutes formes de prétextes, de la politique d’ethnicité, de la tribalité, des clanisme, du népotisme, du favoritisme familiale et du clientélisme peu importe qui l’utilise comme stratégie politique !
Nabad iyo Caano.

dinsdag 30 november 2010

Djibouti,ma cherie!Par Khaliffa Mikahil.

Djibouti Mon pays Djibouti ma patrie Djibouti ma nostalgie
A cœur ouvert je te chante aujourd’hui Cet hymne d’adoration,
Expression pour toi de mon amour.

Aujourd’hui, plus que jamais
...Un cordial appel je fais A tous tes fils de bonne volonté
Prêts à consentir les plus grands sacrifices, A serré les rangs et les coudes
En dépit des divergences qui nous rongent, En vue d’une Djibouti
A tous les points de vue libre et prospère, Une Djibouti a la hauteur et a la dimension De la Première République démocratique..., en Afrique de l'Est.

Lève-toi Djibouti L’heure de ta résurrection a sonne,
Sors du tombeau de la division, De luttes intestines pour le pouvoir,
Des attitudes patripochiste, patripiste et patripuchiste,
De la polichinellerie, de la mesquinerie; Sors du tombeau a la candeur léthargique, Lève-toi, sors de cette ambiance de nonchalant,
Dance cette euphorie de furie D’indolence de fort mauvais gout,
A la cadence d’une danse Menée par des apprentis folkloristes,
Des zombis promenant en plein midi A travers les édifications paradigmatiques
Qui ont orne avec tellement d’éclat Le patrimoine de l’histoire universelle,
Et que le syncrétisme archi-culturel Déborde chaque jour davantage
Les plus somptueuses frontières D’un assemblage super structurellement
Fragile et d’une régulation sans composition a priori Et une composition en décomposition sans régulation a posteori; Enfin sans un plan directeur,
Ou la sépulture de la nuit Et les vestiges du jour embellissent tes éparses avenues Invitant la population a s’incomber la tache D’a ton égard cesser de faire montre d’écurie Tout en leur inculquant a ceux qui ne tournent pas leur langue Sept fois leur bouche avant sur un quelconque sujet
Te concernant de se prononcer Et qu’au lieu de parler ne font que bavarder
Lesquels quand ils pensent jurer parjurent.

Djibouti, lève-toi L’heure ou tu dois t’organsiner, Non pas pour l’avenir de tes fils hypothéquer Sinon assurer et consolider et protéger a sonne,
L’heure où il était beau pour toi de mourir Est belle et bien révolue,
Tes champs se rassasient déjà de nos sangs, Tes terres arabes a chaque pluie vers la mer Par des milliers d’hectare se dirigent, Il ne nous reste presque plus d’arbre, Nos mornes souffrent de calvitie générale...,

Aujourd’hui tu es devenue des Antilles, la peine et la peur,
Plus personne ne te visite, Même tes propres fils te quittent,
Plus d’un veulent dans cette situation lamentable te maintenir,
Puisque cela fait leur affaire, Que de misérables et miséreux se sont enrichi de ta pauvreté: Djiboutiens et étranger, cons patriotes et cons citoyens,
Grandes puissances ainsi que nos soit disant pays amis,
Alors que le ventre de la majorité de tes fils Regorge du désir et de la nécessite de manger, Leur véritable pain n’est autre que la faim,
Toujours il la rumine, Et jamais ne s’en rassasie.

Mais, jusqu'a quand continuerons-nous A végéter dans cette inhumaine misère ?

On ne vit pas, on vivote!

Vivre humainement et dignement est ici un luxe,
Ce qui est des plus normaux ailleurs, La ou les gens vivent réellement
Est pour nous quelque chose d’extraordinaire.

On est en train de payer,
Si toutefois il faut ainsi l’appeler, Un crime qu’on nous a porté à commettre.

Avec la complicité de tes fils, Tu en as déjà beaucoup et même trop paye,
Mais hélas, ces rapaces, ces vampires Ils sont très loin de se contenter de la gifle De la dette de l’indépendance.

Mais bon sang, on ne doit plus rien,
Jusqu'a quand continuerons-nous a payer On a déjà tout donne, et ce, en maintes occasions : Or, argent, nos sueurs, nos sangs, Notre vigueur, nos joies, nous pleurs, Notre fierté, notre avenir.

Maintenant, il ne nous reste presque plus rien, On nous a presque tout ravis,
Tout est à reconstruire.

On n’est même plus capable de penser,
De rêver, de nous organiser, de nous planifier.

On ne peut même plus se permettre de projeter, Au cas où l’on ose le faire, On n’a même pas la garantie du court terme.

Le monde change, la technologie
Plus que jamais est a l’honneur Et on s’accroche encore a nos pratiques archaïques et empiriques Nous progressons en fait a reculons,
Puisque l’existence en soit est un cycle, Et ne favorise donc rien de nouveau,
Je suis donc plus que convaincu, Un de ces jours, même après des milliards d’années, On se rencontrera à nouveau au carrefour oblige de l’histoire,
Et la on repartira de la case de départ, On n’aura plus besoin de messie, ni de sauveur, Chacun prendra en main non seulement son destin Mais également celui de la nation tout entière.

Anime de l’esprit de Dessalines on ne réécrira pas l’histoire Mais on lui ajoutera ses pages manquantes, Celle qu’on lui a arrachées et cachées, Celles qui mettront a jour la nette et claire vérité,
Celles qui réellement nous feront savoir Pourquoi existe-t-il des pays pauvres et des pays riches, Des pays développes et des pays sous-développés,
Ainsi que des multimillionnaires Et des gens vivant au seuil de la proprette.

L’ennemi commun il est la, Il mange et boit avec nous, Il se fait passer pour notre ami, Et ainsi se déguise en ange de lumière,
Alors que c’est le diable en personne, Voulant voler notre âme. Ne lui facilitons plus la tache, Ne nous laissons pas faire.

Démasquons-le, avilissons-le, Mettons-le a criée publique, Qu’il ne nous trompe plus !

Pour cela, Djibouti, mon pays, Djibouti, ma patrie, Djibouti, ma nostalgie,
Que jamais tu ne l’oublie, On ne t’a jamais fait de cadeau,
Rappelle-toi bien que dans les Luttes Tu as vu le jour, Dans les Luttes tu as grandi Au prix de Luttes tu existes encore, Non pas ces petites luttes de classes, Ces petites luttes mesquines pour le pouvoir, Ces luttes sans merci pour l’argent, Mais de vraies Luttes, Celle a travers lesquelles en conséquence
A tes maux, tu trouveras une solution durable Afin que tu sois un : Hommage digne de nos ancêtres Amour de tout un peuple couchitiques qui ne peut être en élégie convertie Terre qui, de liberté ne se rassasie Il n’y a pas mieux dans ce monde, Djibouti.

Oui !

Il n’y a pas dans ce monde Un meilleur lieu que toi
Mon pays, ma patrie, ma nostalgie Mon Djibouti chérie.

Comment vivre loin de ton soleil Qui passe très rarement un jour Sans au moins nous cligner de l’œil,
Loin de ta lune Qui comme l’abeille dans nos champs butine, Loin de ton ciel
Qui parsème nos cœurs d’étoiles d’amour, Loin de ton Arc-en-ciel A nul autre pareil, Loin de tes montagnes hautes de dignité D’hospitalité, d’amour, d’indulgence De laboriosité, de charité, d’altruisme, d’humanisme;
Loin des méandres de tes ruisseaux, de tes cours d’eau. C’est avec joie, amour et fierté Qu’aujourd’hui je m’incline à te chanter Mon amour, ma folie ; ma nostalgie En te disant :"vive Djibouti"
Khaliffa Mikahil.

zondag 28 november 2010

The future of change in Djibouti impossible!

The future of change in Djibouti impossible!
The infamous discourse of I.O.G, the current president of Djibouti, at the occasion of the Muslim Aid Al Adha, reflected, by and large, the crux of the matter about the mounting speculations of his intended life presidency in the country. To begin with, the man began his speech hesitantly willing to appear as to being coerced to raise the question of the upcoming presidential elections by just circumstances; and that he’d prefer to talk about that at the right time, meaning, April next year, or precisely, the same very month that the elections are due to be held in the country! But, he was apparently in a composed nature of mood, slightly nervous, and sure of what he was about to say. I’d hereby deliberately allow myself to ignore the flagrant self-flattering by saying ‘the people would tell who’s generous (Deeqsi!), and that the people would have the chance among different candidates with varying political agenda’s!’ ,because it was merely a notorious maneuver to intimidate an already beleaguered opposition and lame appeal to delude the people once again. And because these kinds of talks bear no significant impact on the mainstream political course, but rather are campaign-related releases to convey certain messages to the concerned parties, mainly the people and political opponents.
Coming back to the point, in his speech he avoided to address the issue of modifying the constitution in the favor of numerous presidential terms or even infinite one that he recently contrived; and if these modifications would be presented to the people as a referendum or not, as was the case in the first ever revision and alteration of the constitution, which is actually the country’s makeshift constitution prior to the independence, in 1992. This simply means that IOG, after successfully distancing any possible contender to his iron rule, he just dispensed with the people also! There is no choice left for these people anymore, it’s more like a matter of public obedience that’s expected, and that’s a blatant behavioral symptom of a dictator in the making!
Second, the modification itself was a major controversial topic in the first place, and to my opinion, it was not democratic if not unconstitutional altogether. In a democratic process, such kind of important moves like modification of a constitution, normally things evolve gradually from a base of commonly shared viewpoints to the inevitable need of doing it, and these procedures consume considerable period of time. Public awareness is a conditional prerequisite that could never be ignored. Anyhow, IOG dared to challenge all these and is opting for the impregnable posture mainly attributed to reckless depots unfortunately.
Third the timing of the discourse was accurately synchronized, it  came shortly after an alleged RTD antenna is launched in Ottawa, Canada, a move that embittered the opposition and pushed some of them to imprudently handle the matter, and of course, shortly before a planned meeting of the opposition in London. The signal to the first incident was that despite the opposition’s mounting presence abroad, their sporadic resistance to any governmental project of this caliber wouldn’t necessarily spare them the humiliation. And to the second, it was obviously a strongly worded challenge to their very cause of change and democracy in the country.
Finally, the reigning political atmosphere and the forthcoming murky clouds of uncertainty are both discouraging and the already negliged, impoverished and disadvantaged populations of this tiny African mini-state are the sad losers of this endless cycle of political instability starred by ruthless demagogues with discrepant political programs!
Nabad iyo Caano.

vrijdag 26 november 2010

Le peuple malchanceux de Djibouti.

''Le rêve de tous les chats est un rat!''=''Le rêve de tous nos démagogues, ancien ou nouveau, c’est la chaise (à Djibouti, nous n’avons pas  des fauteuils!) du vizir!''Normalement quand on parle d'un vizir on l'a attribue pas une 'chais' mais un 'fauteuil' qui est conforme à son prestige, mais j'ai utilisé le mot 'chaise' au lieu d'un 'fauteuil' parce que à Djibouti, nous avons des vizirs, mais rien qu'on peut comparer à un 'fauteuil' malheureusement! Ce que je veux dire ici c'est que Djibouti, un tel petit pays de 23.200km² de superficie, moins de un million d'habitants, qui n'a pas des ressources naturelle connus, au moins jusqu'à maintenant, qui compte sur l'aide mondiale pour le plus grand parti de son revenu nationale, et ironiquement, dans lequel on voit un chômeurs ou simple employé une fois député, ministre ou directeur qui deviens d'un seul coup un vizir avec un palais, voitures durs(SUV,HUMMER blindé etc.) et se comporte comme un vrai vizir!
Le système politique de Djibouti est malade dans son ensemble, et quand un système politique est malade, on le change intégralement, on ne modifie pas une constitution de temps à l'autre à la faveur d'un despote et on ne demande pas d'alternance au pouvoir d'un système qui est déjà malade. Sinon, ce qu'on voit maintenant, c’est une pièce théâtrale des démagogues sans scrupule à la dépense du peuple Djiboutiens!
Déjà désavantageux, défavorisé, marginalisé, ignoré et négligé, la détresse du peuple Djiboutiens se détériore du jour à jour dans tout l'aspect de la vie quotidienne, et personne de nos politiciens démagogique aux mille programmes superficiels ne s’intéresse de cette réalité pire! Et le pays souffre de la mal gouvernance étendue, de la népotisme très répandue, de la polarisation politique, négligence sociale, désorientation culturelle, corruption omniprésent dans le secteur économique et financière, des service sanitaire dépassée et inefficace et l'infrastructure quasiment détruit et sous-développée.
Les prix tout alimentations de base ainsi que des autres utilités nécessaire, l’électricité, l’eau quadruplé, et l'accessibilité informatique presque impossible pour tout le monde, et surtout dans les 12 dernières années de la règne dictatoriale, autoritaire et état policière de despote IOG! La situation est asphyxiante plus que jamais et le peuple vie dans une prison au ciel ouverte, et je me demande souvent du quel développement lente, progresse en vue et un avenir meilleur sous la présidence à vie d'IOG parlent-ils les sympathisants de cet homme?
De l'autre côté de cet portait sinistre de cet dépotoir Africain, il se trouve un autre portrait plus effroyable que le précèdent, c’est celui d'une opposition réactionnaire et passif qui se batte entre elle-même et sporadiquement contre les vieux vizirs, pour la famée 'chaise' de vizir. Fragile, incohérent, divisé et malmené, l’opposition manque de l'idéologie politique, stratégie, priorité, discipline et la moralité patriotique et démocratique malgré sa diligence incessante de nous envisager autrement. Cette catégorie du 'chats' maigrit par leur avidité de reconquérir la 'chais' plutôt imaginaire que réel est entouré par des escrocs, charlatans, politiciens amateurs, piètre orateurs et une foule aveugle et naïve, familièrement connu comme de 'militants' qui est plus au moins des perroquets domestiqué que des sympathisants obstinés qui savent ce qu'ils font.
Nabad iyo Caano.

woensdag 17 november 2010

Le mélodrame hystérique autour de l'antenne du RTD à Ottawa.


Sachant que la quiétude est parfois une signe de sagesse, j'ai résisté de commenter sur ce sujet aussi particulier de son genre, mais à la dernière minute, j'ai décidé d'éteindre la curiosité de certains amis avare de savoir mon point de vue. Même si je ne vois pas jusqu'ici qu’il n’y a pas beaucoup à dire dans cet état de saleté dont on s'y trouve, j'essayerai par conséquent de partager avec vous ceci.
Premièrement, le gouvernement Djiboutien, étant un état membre et reconnu de l'ONU, a tous les droit d'avoir des relations bilatérales sur tous les domaines, y compris médiatique, avec tous les pays membres, dont le Canada. Les ressortissants Djiboutiens, quelque soit leurs différences d'appartenance ethnique, préférence idéologique, affiliation politique, exilés de l'injustice étatique ou aventuriers de 'Gold Rush' à la Canadienne, ne pourront pas influencer cette course à leur faveur malheureusement. Alors, tous les lobbys sentimentaux de la part d'une soi-disant opposition en désarroi, anarchique, marginalisée, inefficace et non-démocratique systématiquement, ne leurs fourniront que des échecs très certainement plus terrible que ce qu'ils ont endurés à Djibouti.

Deuxièmement, les organisateurs et les participants de la diaspora qui assistaient à la cérémonie d'inauguration, sont eux-mêmes des Canadiens, peu importe leur origines présumées, qui ont le droit d'aller, travailler et participer à des évènements quand sa leur plait.

Dans un éventuel engagement légal, le groupe organisateur a toutes avantages sur les parrains de la haine et de la zizanie, parce que leurs actions étant médiocres, pathétiques et provocatrices voire filmées et diffusées dans tous les réseaux sociaux du monde.

Troisièmement, assez étrangement, malgré les milliers de conseils de la part de concitoyens dignes de dénoncer et en effet, pour ne pas répéter dans le futur de telles choses, ces derniers sont plutôt reçus froidement par les conspirateurs des insultes et intimidations verbales que toute une tribu a vécu auprès des militants fasciste. 'HABAR DHALI WAYDAY, ALEELO KU WAALATAY' disent nos compatriotes à Djibouti.
Ils n'ont pas d'autres moyens pour s'exprimer politiquement et grâce à la propagande prédictive, prématurée et contre-productive de la soi-disant opposition Djiboutienne, la RPP a jusqu'à nos jours réussit d'avoir effectivement concrétisé naturellement au détriment du peuple, ce que l'opposition prévoyait.
IOG, se comporte comme le fou qui avait le feu dans la main et tout le monde lui hurla 'attention' pendant ce temps en souriant il commençait à mettre le feu à la légère tente et leur répondit 'Vous m'avez bien rappelé ça'. Il fait justement ce qu'ils propagent et il va bientôt émettre des convocations de leurs arrestation au sein de l'interpole, laisse tomber d'ouvrir des annexes et antenne à l'étranger! Tant pis pour eux, car ceux sont plus au moins, des prototypes de leurs adversaire et même plus pire, parce que IOG et CO; se justifient autant que parole et de faits, quand ce groupe de charlatans, démagogues et politiciens amateurs nous avaient dégoûtés par leur manque d'incohérence, manque de programme politique fiable, ambiguïté de cause, intolérance d'autrui, contradiction des discours, anarchie et tromperie manifeste!

Quatrièmement, au lieu d'attaquer, stéréotyper et lyncher ceux d'entre nous qui s'engagent dans des initiatives nobles, comme Djibouti Orphans, on doit les encourager et aider afin qu'ils réussissent dans leurs lourdes tâches. Sinon, ca sera justement comme on dit populairement 'BAQALI MA DHASHO, WAX DHALANA MA JECLA', pour ne pas qualifier le comportement de ceux qui ont menés cette minable chasse au mirage rien d'autre que du RIDICULE.

Finalement, l'opposition ou au moins ceux qui revendique ce nom au Canada, ont déraillé volontairement leur cause (s'il y en avait une!) et le dégât est absolument irréversible. Se consoler autrement, comme se vanter 'la victoire à la belge' par exemple est une chose, confronter la pire réalité en est totalement une autre.
Nabad iyo Caano.